Forum Friendship and Graphics

Convivialité et Graphisme
 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les saints de Juin

Aller en bas 
AuteurMessage
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Les saints de Juin   Ven 1 Juin - 8:29



Aujourd'hui, nous fêtons Saint Justin et Saint Ronan 


 Justin du latin Justinus, nom d'homme, de justus "juste") 

 Prénoms dérivés : Justin, Justinien, Justino, Justinus, Justinienne, Juste... 

 Les Justin sont des êtres assez exceptionnels, pleins de contradictions et d'angoisses. Grâce à cette passion qui bout en eux, ils sont capables de montrer de très grandes capacités intellectuelles. En amour, ils sont très instables. Don Juan, ils déchaînent des passions mais fuient dès que la relation dure un peu trop. Infidèles ils sont, infidèles on les aime. 

 Saint Justin (72-165) Martyr. Né à Naplouse en Palestine dans une famille romaine, il se convertit vers 30 ans au christianisme sous l'effet de la lecture des Ecritures et du témoignage héroïque des martyrs. Il ouvre le débat avec les intellectuels de son temps dont il nous reste les « Dialogues avec le juif Tryphon ». Il adresse une « Apologie de la religion chrétienne » aux empereurs Antoine le Pieux et Marc-Aurèle. En guise de réponse, l'empereur




 Ronan, du celtique ron, "phoque", -an, suffixe diminutif 

 Prénoms dérivés : Ronan, Renan, Reunan, Reunanenn, Runanez... 

 Saint Ronan, saint légendaire d'origine irlandaise, missionnaire et ermite en Bretagne




Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Ven 1 Juin - 9:42

Saint Justin
Nous fêtons JUSTIN, mais aussi Ronan et Paméla. Justin était courant dans l'Antiquité romaine et  dans les premiers siècles de notre ère. Synonyme d’équité, de droiture et de probité il trouve un large public jusqu’au 7è siècle. Il réapparaît au 19è  siècle  en Allemagne  puis en Angleterre. A la même époque en France, c’est son équivalent féminin Justine qui suscite l'enthousiasme. Actuellement Justin est  exceptionnel.   



St Justin, philosophe et martyr († v. 165)

Saint Justin

Philosophe et martyr
(† v. 165)

Justin naît aux environs de l'an 100 près de l'antique Sichem, en Samarie, en Terre Sainte ; il chercha longuement la vérité, se rendant en pèlerinage dans les diverses écoles de la tradition philosophique grecque.

Finalement, - comme lui-même le raconte dans les premiers chapitres de son Dialogue avec Tryphon - un mystérieux personnage, un vieillard rencontré sur la plage de la mer, provoqua d'abord en lui une crise, en lui démontrant l'incapacité de l'homme à satisfaire par ses seules forces l'aspiration au divin. Puis il lui indiqua dans les anciens prophètes les personnes vers lesquelles se tourner pour trouver la voie de Dieu et la « véritable philosophie ». En le quittant, le vieillard l'exhorta à la prière, afin que lui soient ouvertes les portes de la lumière.

Le récit reflète l'épisode crucial de la vie de Justin: au terme d'un long itinéraire philosophique de recherche de la vérité, il parvint à la foi chrétienne. Il fonda une école à Rome, où il initiait gratuitement les élèves à la nouvelle religion, considérée comme la véritable philosophie. En celle-ci, en effet, il avait trouvé la vérité et donc l'art de vivre de façon droite. Il fut dénoncé pour cette raison et fut décapité vers 165, sous le règne de Marc Aurèle, l'empereur philosophe auquel Justin lui-même avait adressé l'une de ses Apologies.



St Ronan, évêque et ermite († VIIe ou VIIIe s.)

Martyrologe Romain : En Bretagne, au VIIe ou VIIIe siècle, saint Ronan, évêque, qui vint d’Irlande et mena dans les bois une vie d’ermite.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Sam 2 Juin - 9:13

Aujourd'hui, nous fêtons Sainte Blandine 


 Blandine du latin blandus, "caressant" 
 Prénoms dérivés : Blandine, Blanda, Blandina, Blanca... 
 Les Blandine cachent sous des dehors de douceur et de pureté, de calme et de fragilité une force morale étonnante. Elles consacrent généralement beaucoup d'énergie et de temps à leur profession. Ce sont des femmes qui savent user de leur charme pour mettre tout le monde à leurs pieds. 
 Sainte Blandine – St Pothin et les martyrs de Lyon (+177) Blandine, une esclave d'une foi intrépide, est enroulée dans un filet puis jetée en l'air par un taureau sauvage. Pothin, évêque de Lyon, expire à 90 ans dans sa prison suite à de mauvais traitements





Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Sam 2 Juin - 18:23

SAINTE BLANDINE
Nous fêtons BLANDINE, mais aussi Elma et Nikita. Blandine est un prénom d'origine latine. Il était très courant dans l'Antiquité romaine. Etymologiquement, Blandine signifie câline, charmante et séduisante. Ce prénom typiquement français s’est maintenu dans l'ombre pendant des siècles mais est en actuellement en hausse.



Sts Pothin, Blandine et 46 compagnons, martyrs († 177)

Saint Pothin, évêque 
Sainte Blandine, vierge et leurs compagnons
Martyrs († 177)

Pothin fut le premier évêque de Lyon. Il venait de l'Asie, avait été formé à l'école de saint Polycarpe, évêque de Smyrne, et envoyé par lui dans les Gaules. Pothin, après avoir gagné un grand nombre d'âmes à Jésus-Christ, fut arrêté sous le règne de Marc-Aurèle. Il était âgé de quatre-vingt-dix ans, faible et tout infirme ; son zèle et le désir du martyre soutenaient ses forces et son courage. Conduit au tribunal au milieu des injures de la populace païenne, il fut interrogé par le gouverneur, qui lui demanda quel était le Dieu des chrétiens : « Vous le connaîtrez si vous en êtes digne » répondit l'évêque. À ces mots, la multitude furieuse se précipite contre lui ; ceux qui étaient plus près le frappèrent à coups de pieds et à coups de poings, sans aucun respect pour son âge. Le vieillard conservait à peine un souffle de vie quand il fut jeté en prison, où il expira peu après.

Le récit du martyre des compagnons de saint Pothin est une des plus belles pages de l'histoire de l'Église des premiers siècles. Le diacre Sanctus supporta sans faiblir toutes les tortures, au point que son corps était devenu un amas informe d'os et de membres broyés et de chairs calcinées ; au bout de quelques jours, miraculeusement guéri, il se trouva fort pour de nouveaux supplices. Il ne voulait dire à ses bourreaux ni son nom, ni sa patrie, ni sa condition ; à toutes les interrogations il répondait : « Je suis chrétien ! » Ce titre était tout pour lui ; livré enfin aux bêtes, il fut égorgé dans l'amphithéâtre. Maturus eut à endurer les mêmes supplices que le saint diacre ; il subit les verges, la chaise de fer rougie au feu, et fut enfin dévoré par les bêtes féroces. Le médecin Alexandre, qui, dans la foule des spectateurs, soutenait du geste le courage des martyrs, fut saisi et livré aux supplices.

Attale, pendant qu'on le grillait sur une chaise de fer, vengeait les chrétiens des odieuses imputations dont on les chargeait indignement : « Ce ne sont pas, disait-il, les chrétiens qui mangent les hommes, c'est vous ; quand à nous, nous évitons tout ce qui est mal. » On lui demanda comment s'appelait Dieu : « Dieu, dit-il, n'a pas de nom comme nous autres mortels. »

Il restait encore le jeune Ponticus, âgé de quinze ans, et l'esclave Blandine, qui avaient été témoins de la mort cruelle de leurs frères ; Ponticus alla le premier rejoindre les martyrs qui l'avaient devancé ; Blandine, rayonnante de joie, fut torturée avec une cruauté particulière, puis livrée à un taureau, qui la lança plusieurs fois dans les airs ; enfin elle eut la tête tranchée.

 
Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Dim 3 Juin - 7:06



Aujourd'hui,  nous fêtons Saint Kévin 


 Kevin du celte caoimhim, de "naissance remarquable" 

 Prénoms dérivés : Kevin, Kev, Kevan... 

 Les Kevin détestent la routine et passent leur temps à courir d'un point à l'autre. Ils sont mus par une grande passion de découvrir de nouvelles choses, des personnes d'horizons différents. Originaux, ils ne cherchent pas à faire des émules. Ils aiment se battre seuls. En amour, ils sont tout aussi instables et ne s'attardent pas auprès de leurs conquêtes. 

 Saint Kévin (+618) Né en Irlande, il est l'abbé-fondateur de Glendolough, un des monastères les plus célèbres. 




Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Lun 4 Juin - 8:29

Aujourd'hui, Lundi 4 juin nous fêtons Sainte Clotilde 


 Clotilde, du germanique hlud, "célèbre" et -hild, "combat" 
 Prénoms dérivés : Clotilde, Clothilde, Klotilda, Tilda, Tilde... 
 Les Clotilde sont nées pour être épouses et mères de famille. Totalement imperméables aux idées féministes, elles s'appuient sur les valeurs traditionnelles: mariage, famille. Equilibrées et grâcieuses, ce sont souvent de séduisantes personnes dont la companie est recherchée. 
 Sainte Clotilde (475-545) Native de Lyon, fille du roi de Bourgogne, elle épouse Clovis, le roi des Francs et convertit son mari en 436. Elle souffre beaucoup des querelles de ses trois fils dont elle doit affronter la mort. Agée, elle se retire à Tours où elle se consacre à la prière. 



Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Lun 4 Juin - 16:16

SAINTE CLOTILDE
Nous fêtons CLOTILDE, mais aussi Martha et Bréaca. Clothilde est un prénom d’origine germanique signifie le triomphe. C’est la version féminine de Clovis et la forme la plus ancienne de Louise qui finira par prendre l'avantage. Après une période de retenue, Clothilde réapparaît au 19 siècle.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Mar 5 Juin - 8:04



Aujourd'hui, mardi 05 juin 2018 nous fêtons Saint Igor 


Igor, du germanique ind, "descendant" et wara, "attentif", "protection". 

 Prénoms dérivés : Igor, Ingvar, Ingvarr... 

. Les Igor sont des nostalgiques, des désabusés. Néanmoins, ce sont des travailleurs conscieux. Et, attentionnés, dévoués, ils sont des amis modèles. Mais en amour, ils passent parfois pour cyniques auprès des femmes qui ont tendance à les fuire. 

 Saint Igor (+1147) Prince de Moscovie



****

 Boniface, du latin bonafacies, "qui a bonne mine". 

 Prénoms dérivés : Boniface, Boni, Bonifas, Bonifaz, Bonifacio, Bonifazio... 

 Saint Boniface (674-754) évêque et martyr Anglo-saxon du nom de Winfried, il rentre à 15 ans au monastère bénédictin d'Exeter. Ordonné prêtre en 710, il se rend en 718 à Rome avant de s'engager dans l'évangélisation de la Bavière, de la Hesse, de la Frise, de Thuringe et de Franconie. Sacré évêque en 723 par le pape Grégoire II, il est nommé en 747 évêque de Mayence. Après avoir fondé plusieurs monastères, il fonde quelques années avant sa mort l'abbaye de Fulda comme centre des activités missionnaires en Germanie. Très âgé, il est martyrisé à Dokkurn en Frise (Hollande actuelle) avec 52 compagnons. Son corps est ramené à Fulda. 




Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Mar 5 Juin - 10:55

Merci de ton passage orphée

Saint Igor
Nous fêtons IGOR, mais aussi  Marcia et Dorothée. Igor est la version slave du prénom nordique Ingvar. Dans la mythologie scandinave, Ing est la divinité de la paix, de la prospérité et de la fertilité. Ce programme assure à Igor d'excellents scores dans tous les pays slaves, notamment en Russie, où il reste bien implanté. Il est plus discret en France. 



St Dorothée, évêque de Tyr en Phénicie († v. 362)

Martyrologe Romain : À Tyr en Phénicie, vers 362, saint Dorothée, évêque. Alors qu’il était prêtre, il eut beaucoup à souffrir sous Dioclétien. Il vécut jusqu’au temps de Julien, sous lequel il honora, dit-on, sa vieillesse par son martyre en Thrace, étant alors âgé de cent-six ans.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Mer 6 Juin - 8:34


.Aujourd'hui, mercredi 06 juin 2018 nous fêtons Saint Norbert 


Norbert, du germanique north, "nord" et berth, "brillant" 

Prénoms dérivés : Norbert, Norberta, Norberto, Norbertus... 

. Les Norbert sont des hommes extrêmement courtois, maîtres dans l'art de séduire les femmes. S'ils peuvent présenter des visages très différents suivant leur humeur et avoir des réactions imprévisibles, leur constance et la cohérence de leurs raisonnements font généralement l'admiration de leur entourage. Paradoxaux décidément, ces charmeurs sont fidèles, en amour comme en amitié. 

Saint Norbert (1080-1134) Né à Xanten au nord de Cologne, Norbert, jeune noble ambitieux mène d'abord une vie dissolue jusqu'à ce jour de 1115 où il a manqué d'être tué par la foudre. Commotionné, il interprète ce signe comme un appel pressant à faire le choix d'une existence pauvre. Il quitte la cour de l'empereur, vend ses biens et appelle à la conversion ses collègues chanoines peu désireux de renoncer à une vie de plaisirs. Soutenu par le pape Gélase II, Norbert s'établit près de Laon (Aisne) dans la clairière de Prémontré. C'est là qu'en 1120, il fonde une nouvelle famille de chanoines réguliers : les prémontrés placés sous la règle de Saint Augustin. Leur originalité est de chercher à réformer le clergé, ce qui lui vaut des inimités. Aujourd'hui, les prémontrés sont présents en Europe et aux Etats-Unis (600 maisons). Peu après, il est nommé archevêque de Magdebourg en 1126 et travaille à la réforme de l'Eglise en Allemagne. 




Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Mer 6 Juin - 14:12

Saint Norbert
Nous fêtons NORBERT, mais aussi Gurval et Marcellin. Norbert est un prénom d’origine scandinave, il signifie l'homme du Nord ou la lumière du Nord. C'est le prénom nordique par excellence, les pays scandinaves l'ont utilisé sans modération. Actuellement, il est nettement plus discret en France. 

St Norbert, fondateur de l'Ordre des Prémontrés

Saint Norbert
Archevêque, Fondateur de l'Ordre des Prémontrés 
(1080-1134)

Norbert, né en 1080, près de Cologne, fut engagé dès son jeune âge dans la cléricature ; mais il fréquentait plus la cour que l'Église et reculait devant les Ordres sacrés, afin de suivre la voie des plaisirs.

Il avait déjà trente-trois ans, quand, traversant à cheval une belle prairie, accompagné d'un seul serviteur, il fut assailli par une soudaine et horrible tempête. La scène de saint Paul sur le chemin de Damas se renouvela car Norbert entendit une voix céleste lui dire : « Pourquoi me fuis-tu ? Je te destinais à édifier mon Église, et tu scandalises mon peuple. » En même temps, la foudre éclate et le renverse par terre, où il demeure évanoui pendant une heure entière. Quand il eut recouvré ses sens, il dit à Dieu : « Seigneur, que demandez-vous de moi ? » Et la réponse à sa question lui fit comprendre qu'il devait quitter le monde et vivre dans la pénitence.

La conversion fut immédiate et complète, et bientôt l'on put voir, non sans étonnement, le brillant gentilhomme échanger ses riches vêtements contre la bure du moine. Il se prépara pendant quarante jours, dans un monastère, à offrir pour la première fois le Saint Sacrifice de la Messe.

Norbert obtint du Pape les pouvoirs de missionnaire apostolique et commença à prêcher la pénitence. Ses œuvres étaient plus éloquentes encore que sa prédication : il marchait nu-pieds, même en plein hiver, au milieu de la neige, n'avait pour vêtement qu'un rude cilice en forme de tunique et un manteau de pénitent ; il observait perpétuellement le carême selon la rigueur des premiers siècles, et y ajoutait de ne manger presque point de poisson et de ne boire du vin que très rarement : on eût dit un nouveau Jean-Baptiste, par son zèle et ses austérités.

Cependant Dieu réservait à Norbert la gloire de fonder l'Ordre des Prémontrés, ainsi nommé parce que le Saint avait eu révélation du lieu où il devait l'établir (Prémontré, près de Laon). Saint Augustin lui ayant apparu, une Règle d'or à la main, il comprit qu'il devait adopter pour son Ordre la règle de ce grand docteur. Il fut lui-même la règle vivante de ses frères.

En 1126, se réalisa une vision que sa mère avait eue avant sa naissance : Norbert fut obligé d'accepter l'archevêché de Magdebourg, et il eut désormais outre le souci de son Ordre, le soin de son diocèse, où son apostolat fut traversé par de grandes persécutions et couronné d'abondants fruits de salut. Rien du reste, n'avait changé dans sa vie, et jusqu'à sa mort il mena dans son palais la vie d'un moine dans sa cellule.

Quelques abbayes de Prémontrés :
- Abbaye Notre-Dame de Leffe 
- Abbaye Saint-Michel de Frigolet 
- Abbaye Saint-Martin de Mondaye 
- Abbaye de Pont-à-Mousson

Sources principales : Abbé L. Jaud (Vie des Saints...) ; wikipédia.org (« Rév. x gpm »).





St Marcellin Champagnat, prêtre et fond. († 1840)

Saint Marcellin Joseph Benoît Champagnat 
Prêtre de la Société de Marie et fondateur des :
« Petits Frères de Marie (Frères Maristes) »

Marcellin Joseph Benoît Champagnat naît le 20 mai 1789 à Marlhes, village de montagne dans le Centre-Est de la France. Il est le neuvième enfant d'une famille chrétienne. Son éducation est essentiellement familiale. Sa mère et sa tante religieuse, chassée du couvent, éveillent en lui une foi solide, une profonde dévotion à Marie.

A 16 ans il entre au petit séminaire de Verrières et en 1813 au grand séminaire de Lyon. Il se joint à un groupe de séminaristes dont le projet est de fonder une Congrégation comprenant des prêtres, des religieuses et un tiers ordre, portant le nom de Marie, la « Société de Marie », pour rechristianiser la société.

Au lendemain de leur ordination, le 22 juillet 1816, ces jeunes prêtres vont se consacrer à Marie et mettre leur projet sous sa protection dans le sanctuaire de Notre-Dame de Fourvière.

Marcellin est nommé à La Valla-en-Gier comme vicaire. Il gagne rapidement la confiance des habitants et soigne de nombreux enfants et visite les malades. Ses sermons encouragent à la vertu et à l'honnêteté.

Il fonde l'Institut des « Petits frères de Marie » et donne une règle de conduite aux frères.

« Tout à Jésus par Marie et tout à Marie pour Jésus » est sa devise. « Faire connaître et aimer Jésus-Christ » est la mission des frères. L'école est le milieu privilégié pour cette mission d'évangélisation. Marcellin inculque à ses disciples le respect, l'amour des enfants, l'attention aux plus pauvres, aux plus ingrats aux plus abandonnés, les orphelins en particulier. La présence prolongée auprès des jeunes, la simplicité, l'esprit de famille, l'amour du travail, le tout à la manière de Marie, sont les points essentiels de sa conception de l'éducation.

En 1836, l'Église reconnaît la Société de Marie, et lui confie la mission de l'Océanie. Marcellin, le 24 septembre 1836, prononce ses vœux comme membre de la Société de Marie. Il envoie trois frères avec les premiers missionnaires pères maristes dans les îles du Pacifique. « Tous les diocèses du monde entrent dans nos vues » écrit-il. Les démarches concernant l'autorisation légale de sa congrégation lui demandent beaucoup de temps, d'énergie et d'esprit de foi. Il ne cesse de répéter : « Quand on a Dieu pour soi, quand on ne compte que sur lui, rien n'est impossible ! »

La maladie a raison de sa robuste constitution. Épuisé par la tâche il meurt à l'âge de 51 ans à la Maison Mère de Notre-Dame de l'Hermitage, le 6 juin 1840, laissant à ses frères ce message : « Qu'il n'y ait parmi vous qu'un même cœur et un même esprit. Qu'on puisse dire des Petits Frères de Marie comme des premiers chrétiens : voyez comme ils s'aiment ! »

Il y a alors 280 frères Maristes dans 48 écoles qui enseignent à 7000 élèves.

Marcellin Joseph Benoît Champagnat a été béatifié le 29 mai 1955, par le Vénérable Pie XII, et canonisé, le 18 avril 1999, par saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Jeu 7 Juin - 8:18

Saint Gilbert
Nous fêtons GILBERT, mais aussi Wulphy et Maïté. Gilbert vient du germanique et signifie la descendance célèbre. Très apprécié dans les pays germaniques, Gilbert s’implante assez tardivement en France et affiche ses meilleurs résultats dans les années 1940. Depuis, il est très discret.

Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Jeu 7 Juin - 8:28

Aujourd'hui, jeudi 07 juin 2018 nous fêtons Saint Gilbert 



Gilbert, du germanique ghil, "otage" et berth, "brillant" 
Prénoms dérivés : Gilbert, Gielbert, Gilabert, Gilberto, Gilbrecht... 
Célébrités : Gilbert Trigano, entrepreneur de tourisme français. Gilbert Bécaud, compositeur. Gilbert Montagné, chanteur. Gilbert Carpentier, réalisateur. Danielle Gilbert, animatrice... 
. Les Gilbert sont des êtres modérés et modestes, intelligents et créatifs. Réalistes jusqu'au fatalisme, ils ne sont jamais pris au dépourvu, sachant tirer parti de toutes les situations. En amour, ils sont aimants et dévoués, n'hésitant pas parfois à sacrifier tout ou presque à l'élue. 
Saint Gilbert (-1152) Auvergnat, il participe à la deuxième croisade (1147-49). Au retour, il fonde un monastère de prémontrés à Neuf-Fontaines en France. 



Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Ven 8 Juin - 10:54

Saint Médard
Nous fêtons MEDARD, mais aussi Davy et Calliope. Médard est une adaptation française d'un prénom germanique qui signifie vif et bouillonnant. On retrouve ce prénom aux Etats Unis à travers des variantes comme Med ou Meddy. En France Médard est en phase de sommeil., il n'est pas attribué depuis  1984.



St Médard de Noyon, évêque (v. 457 - v. 545)

Saint Médard 
Évêque de Noyon

Médard, l'un des plus célèbres pontifes de l'Église de France au VIe siècle, naît vers l'an 457, à Salency, en Picardie, de parents profondément chrétiens. Dieu les bénit en leur donnant pour fils deux futurs saints évêques, Médard et Gildard.

La jeunesse de Médard fut remarquable par sa grande compassion pour les pauvres et les malheureux ; il s'assujettissait à des jeûnes rigoureux, afin de leur distribuer sa nourriture. Un jour, il rencontra un mendiant aveugle qui était presque nu ; il se dépouilla de son habit pour l'en revêtir ; et comme on lui demandait ce qu'il en avait fait, il dut répondre qu'il l'avait donné à un pauvre aveugle dont la misère l'avait touché.

Un autre jour, son père, revenant de la campagne avec un grand nombre de chevaux, le chargea de les conduire dans un pré et de les y garder en attendant l'arrivée de ses domestiques. Tout à coup Médard aperçut un villageois chargé de harnais qu'il portait à grand-peine : « Eh ! mon ami, lui dit l'enfant, pourquoi vous chargez-vous d'un si pesant fardeau ? - “C'est, répondit le paysan, que mon cheval vient de périr par accident ; j'emporte ses harnais, mais sans espoir de pouvoir acquérir un autre cheval.” » L'enfant, ému de compassion, prit un des chevaux confiés à sa garde et le força de l'emmener. Le Ciel témoigna par un prodige combien cet acte de charité lui était agréable ; car, après que Médard eu rendu compte à son père de son action, on trouva le nombre des chevaux complet.

De plus, tous les gens de la maison virent un aigle couvrir Médard de ses ailes pendant une grosse pluie qui était tout à coup survenue. La vie de l'étudiant et du prêtre répondit à de si admirables commencements ; toutes les œuvres de zèle auxquelles peut se livrer un ministre des âmes lui étaient connues et familières.

En 530, il fut élu évêque et sacré par saint Rémi. La dignité épiscopale ne lui fit rien retrancher de ses pénitences. On vit ce saint vieillard, à l'âge de soixante-douze ans, parcourir les villages, les bourgs et les hameaux, prêchant, consolant son peuple, administrant les sacrements avec un zèle infatigable. Il étendit le règne de la foi en quelques parties de son diocèse demeurées païennes ; et, par ses travaux comme par ses miracles, il eut la douce joie de sauver un grand nombre d'âmes. C'est de sa main que la reine Radegonde reçut le voile de religieuse.

Enfin Médard, âgé de quatre-vingt-sept ans, plus chargé encore de vertus et de mérites que d'années, rend son âme au Créateur, vers l'an 545.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Sam 9 Juin - 17:35

Saint Diane
Nous fêtons DIANE, mais auss Colomba et Félicien. Diane remonte à l'antiquité romaine, c’était le nom de la déesse de la chasse et de la nature sauvage. Elle est représentée avec un arc et accompagnée d'une biche. Ce prénom réapparaît à la  Renaissance en Italie, puis en France, où il reste discret.



St Columba, prêtre et abbé en Irlande († 597)

Martyrologe Romain : Dans l’île d’Iona, en Écosse, vers 597, saint Columba ou Colum Cille, prêtre et abbé. Né en Irlande et formé aux préceptes de la vie monastique, il établit son monastère dans cette île, qu’il rendit célèbre par la discipline de vie et le culte des lettres. Enfin, recru de vieillesse et prévoyant son dernier jour, il mourut devant l’autel du Seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Dim 10 Juin - 11:19

Nous fêtons LANDRY, mais auss Olive et Dayana. Landry est un prénom germanique, il signifie les terres ou le souverain. Landry était très fréquent au Moyen Âge, en Île-de-France, en Touraine et en Champagne. Actuellement, ce prénom est moins régional mais moins fréquent.



St Landry, évêque de Paris († v. 656)

Saint Landry
Évêque († v. 656)

Évêque de Paris, saint Landry n'avait de cesse d'aider les plus démunis. Lors des famines, il vendait tous ses biens jusqu'aux objets liturgiques pour acheter un peu de pain et le redistribuer.
Parce que les maladies faisaient de nombreux morts et se transformaient souvent en épidémies, il eut l'idée de regrouper tous les malades pour mieux les soigner et ne pas contaminer le reste de la population : le premier Hôtel-Dieu était créé.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Lun 11 Juin - 10:10

Saint Barnabé
Nous fêtons BARNABE, mais aussi Jolane et Yolène. Barnabé est un prénom assez rare. D'origine araméenne, il signifie "fils de Nabu", et "fils du réconfort". Barnabé connaît des hauts et bas selon les époques et les pays. Il brille en Italie à la Renaissance, mais c’est aux Etats Unis et en Angleterre, au 19ème siècle, qu’il obtient meilleurs scores.sous les formes de Barnaby ou de Barney. 



St Barnabé, apôtre (Ier s.)

Saint Barnabé, Apôtre
Extraits de la catéchèse du Pape Benoît XVI
(Mercredi 31 janvier 2007) 

Chers frères et sœurs, [...]

Barnabé signifie « homme de l'exhortation » (Ac 4, 36) ou « homme du réconfort » ; il s'agit du surnom d'un juif lévite originaire de Chypre. S'étant établi à Jérusalem, il fut l'un des premiers qui embrassèrent le christianisme, après la résurrection du Seigneur. Il vendit avec une grande générosité l'un des champs qui lui appartenaient, remettant le profit aux Apôtres pour les besoins de l'Église (cf. Ac 4, 37). Ce fut lui qui se porta garant de la conversion de saint Paul auprès de la communauté chrétienne de Jérusalem, qui se méfiait encore de son ancien persécuteur (cf. Ac 9, 27). Envoyé à Antioche de Syrie, il alla rechercher Paul à Tarse, où celui-ci s'était retiré, et il passa une année entière avec lui, se consacrant à l'évangélisation de cette ville importante, dans l'Église de laquelle Barnabé était connu comme prophète et docteur (cf. Ac 13, 1). Ainsi Barnabé, au moment des premières conversions des païens, a compris qu'il s'agissait de l'heure de Saul, qui s'était retiré à Tarse, sa ville. C'est là qu'il est allé le chercher. Ainsi, en ce moment important, il a comme restitué Paul à l'Église ; il lui a donné encore une fois, en ce sens, l'Apôtre des nations.

Barnabé fut envoyé en mission avec Paul par l'Église d'Antioche, accomplissant ce qu'on appelle le premier voyage missionnaire de l'Apôtre. En réalité, il s'agit d'un voyage missionnaire de Barnabé, qui était le véritable responsable, et auquel Paul se joignit comme collaborateur, touchant les régions de Chypre et de l'Anatolie du centre et du sud, dans l'actuelle Turquie, et se rendant dans les villes d'Attalia, Pergé, Antioche de Pisidie, Iconium, Lystre et Derbe (cf. Ac 13, 14). Il se rendit ensuite avec Paul au Concile de Jérusalem, où, après un examen approfondi de la question, les Apôtres et les Anciens décidèrent de séparer la pratique de la circoncision de l'identité chrétienne (cf. Ac 15, 1-35). Ce n'est qu'ainsi, à la fin, qu'ils ont rendu officiellement possible l'Église des païens, une Église sans circoncision : nous sommes les fils d'Abraham simplement par notre foi dans le Christ.

Les deux, Paul et Barnabé, eurent ensuite un litige, au début du deuxième voyage missionnaire, car Barnabé était de l'idée de prendre Jean-Marc comme compagnon, alors que Paul ne voulait pas, ce jeune homme les ayant quittés au cours du précédent voyage (cf. Ac 13, 13; 15, 36-40). Entre les saints, il existe donc aussi des contrastes, des discordes, des controverses. Et cela m'apparaît très réconfortant, car nous voyons que les saints ne sont pas « tombés du ciel ». Ce sont des hommes comme nous, également avec des problèmes compliqués. La sainteté ne consiste pas à ne jamais s'être trompé, à n'avoir jamais péché. La sainteté croît dans la capacité de conversion, de repentir, de disponibilité à recommencer, et surtout dans la capacité de réconciliation et de pardon. Ainsi Paul, qui avait été plutôt sec et amer à l'égard de Marc, se retrouve ensuite avec lui. Dans les dernières Lettres de saint Paul, à Philémon et dans la deuxième à Timothée, c'est précisément Marc qui apparaît comme « mon collaborateur ». Ce n'est donc pas le fait de ne jamais se tromper, mais la capacité de réconciliation et de pardon qui nous rend saint. Et nous pouvons tous apprendre ce chemin de sainteté. Quoi qu'il en soit, Barnabé, avec Jean-Marc, repartit vers Chypre (cf. Ac 15, 39) autour de l'année 49. On perd ses traces à partir de ce moment-là. Tertullien lui attribue la Lettres aux Hébreux, ce qui ne manque pas de vraisemblance car, appartenant à la tribu de Lévi, Barnabé pouvait éprouver de l'intérêt pour le thème du sacerdoce. Et la Lettre aux Hébreux interprète de manière extraordinaire le sacerdoce de Jésus. [...]

Ces trois hommes (Barnabé, Silas et Apollos) brillent dans le firmament des témoins de l'Évangile en vertu d'un trait commun, et non seulement en vertu de caractéristiques propres à chacun. Ils ont en commun, outre l'origine juive, le dévouement à Jésus Christ et à l'Évangile, et le fait d'avoir été tous trois collaborateurs de l'Apôtre Paul. Dans cette mission évangélisatrice originale, ils ont trouvé le sens de leur vie, et en tant que tels, ils se tiennent devant nous comme des modèles lumineux de désintérêt et de générosité. Et nous repensons, à la fin, une fois de plus à cette phrase de saint Paul: aussi bien Apollos que moi sommes tous deux ministres de Jésus, chacun à sa façon, car c'est Dieu qui fait croître. Cette parole vaut aujourd'hui encore pour tous, que ce soit pour le Pape, pour les Cardinaux, les Évêques, les prêtres, les laïcs. Nous sommes tous d'humbles ministres de Jésus. Nous servons l'Évangile pour autant que possible, selon nos dons, et nous prions Dieu afin qu'Il fasse croître aujourd'hui son Évangile, son Église.

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Mar 12 Juin - 9:10

Saint Guy
Nous fêtons GUY. C’est la forme normande du prénom germanique Wido. En gothique, il faisait référence au bois, alors qu’en francique il signifie le gui. Introduit en Angleterre par les Normands, on le retouve à partir du Moyen Âge dans plusieurs pays d’Europe. En France, Gui gagne en popularité jusqu’au 16ème siècle. Actuellement il est très discret. 



Bx Guy (Guidone) Vignotelli, prêtre o.f.m. († v. 1245)

À Cortone en Toscane, vers 1245, le bienheureux Guy, prêtre. Disciple de saint François, il mena une vie de jeûnes, de pauvreté et d’humilité.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Mer 13 Juin - 10:29

Saint Antoine
Nous fêtons ANTOINE de Padoue, mais aussi Tony et Titouan. D'origine latine, Antoine signifie inestimable. C’était le nom d'une grande famille de l'antiquité romaine. La notoriété de Marc Antoine, célèbre pour ses amours tumultueuses avec Cléopâtre a favorisé sa diffusion dans toute l'Europe. En France il est toujours en vogue , avec des pointe en tête des palmarès.



St Antoine de Padoue, docteur de l'Église († 1231)

Saint Antoine de Padoue
Prêtre o.f.m. et docteur de l’Église
(1195-1231)

Antoine de Padoue (au Portugal : António de Lisboa), de son nom civil Fernando Martim de Bulhões,  naît à Lisbonne le 15 août 1195, de la célèbre famille de Godefroy de Bouillon – premier chef croisé franc établi à Jérusalem en 1099 et réputé pour son humilité – dont une partie de la descendance s'établit au Portugal.
À quinze ans Antoine entra chez les Chanoines Réguliers de saint Augustin à Coïmbre, important centre d'études et de vie religieuse, où il fut ordonné prêtre.

Lorsqu'en 1220 les restes des premiers martyrs franciscains furent ramenés du Maroc, Fernando entra dans l'Ordre des Frères Mineurs et prit le nom d'Antoine. À sa demande il fut envoyé au Maroc, mais y tomba malade et dut rentrer en Europe ; son bateau fut jeté par les vents sur la côte de Sicile où il rencontra les frères de Messine et se rendit avec eux à Assise pour le Chapitre général de 1221. Il fut nommé prédicateur et professeur de théologie de ses frères à Bologne puis à Toulouse, Montpellier, Limoges, Milan et Padoue.

En 1226 il est custode de Limoges et en 1227 il est Provincial de l'Italie du nord, tout en enseignant la théologie et en participant à des controverses avec les Albigeois. Mais au Chapitre de 1230 il renonça à sa charge de ministre provincial ; il fut cependant envoyé à Rome où il joua le rôle de conseiller auprès de Grégoire IX (Ugolino dei Conti di Segni, 1227-1241) dans le problème de la valeur obligatoire du Testament de saint François.

En 1231 il est envoyé à Padoue où ses prêches pour le Carême sont mémorables. Après l'intense et dur travail du carême et de la période pascale, ses forces étaient épuisées et Antoine, vraisemblablement à partir du 19 mai, se retira dans l'ermitage de Camposampiero, près de Padoue.

Vers la fin du printemps 1231, Antoine fut pris de malaise. Déposé sur un char traîné par des bœufs, il fut transporté à Padoue, là où il avait demandé de pouvoir mourir. Cependant, arrivé à l'Arcella, un bourg à la périphérie de la ville, la mort le cueillit.

Il expira en murmurant : « Je vois mon Seigneur ». C'était le vendredi 13 juin. Il avait 36 ans.

Grégoire IX le canonisa le 30 mai de l'année suivante. Depuis lors l'Ordre entier le célébrait comme un Docteur de l'Église, mais ce n'est qu'en 1946 que le vénérable Pie XII lui donna officiellement le titre de « Doctor Evangelicus ».


Sources principales : capucinsorient.org ; saintantoine.org/ (« Rév. x gpm »).
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Ysatis
Admin
avatar

Date d'inscription : 20/12/2017
Age : 64
Localisation : Grand Est

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Jeu 14 Juin - 9:22

  Colombine
de faire vivre le forum pendant mon absence forcée


Revenir en haut Aller en bas
http://friendship-graphics.forumactif.com
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Jeu 14 Juin - 10:18

De rien Ysatis, c'est avec plaisir que je le fais

Saint Elisée
Nous fêtons ELISEE, mais aussi Valère et Ludivine. Elisée signifie en hébreu Dieu sauve. Ce prénom est longtemps resté dans l'ombre, et ce sont les pays anglo-saxons qui le redécouvrent au 16è siècle et il devient courant en Amérique et France jusqu'au 19è siècle. Actuellement il est vraiment rare. 



St Élisée, prophète succ. d’Elie (IXe av. JC)

Saint Élisée

Prophète de l'Ancien Testament 
(IXe siècle av. J.-C.)

Fils de Shafath, fermier du royaume de Juda, Élisée rencontra le prophète Élie et le suivit aussitôt et devint son disciple. Après l'ascension du prophète dans un char de feu, Élisée lui succéda.

Contrairement à son maître, il va beaucoup s'impliquer auprès de ses concitoyens et réalisera de nombreux miracles. Il était un prophète très écouté et respecté.



Sts Valère et Rufin, martyrs († 287)

Martyrologe Romain : Près de Soissons en France, peut-être au IVe siècle, les saints martyrs Valère et Rufin.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Ven 15 Juin - 11:06

Sainte Germaine
Nous fêtons GERMAINE, mais aussi Grégoire et Lazare. Germaine signifie le germe et le frère en latin et le peuple voisin en celtique. En France, Germaine remporte un joli succès à partir du 19ème siècle. Autour de 1900 il arrive au 4ème au top des prénoms féminins. De nos jours, Germaine est redevenu un prénom rare. 



Ste Germaine Cousin, vierge († 1601)

Sainte Germaine Cousin
Vierge 
(1579-1601)

Germaine Cousin naît à Pibrac, non loin de Toulouse. Sa courte vie de vingt-deux ans est une merveille de la grâce. Fille d'un pauvre laboureur, percluse de la main droite, scrofuleuse, elle fut, pour comble de malheur, privée de sa mère, à peine sortie du berceau. La petite orpheline devint l'objet de la haine et du mépris d'une belle-mère acariâtre et sans cœur ; la douleur, née avec elle, devait être sa compagne jusqu'à la mort. Cette pauvre ignorante fut instruite par Dieu même dans la science de la prière.
Bergère des troupeaux de la famille, elle passait son temps en conversations avec le Ciel ; le chapelet était son seul livre ; la Sainte Vierge était sa mère, les anges ses amis, l'Eucharistie sa vie. Souvent on la vit agenouillée dans la neige, traversant à pied sec le ruisseau voisin sans se mouiller, pour se rendre à l'église, où elle assistait chaque jour au Saint Sacrifice et communiait souvent, pendant que ses brebis paissaient tranquilles autour de sa quenouille plantée en terre. Charitable pour les pauvres, elle leur donnait son pauvre pain noir, ne vivant guère que de l'amour de Dieu ; et, un jour, le Ciel renouvela pour elle le miracle des roses devant les yeux de son impitoyable marâtre.

À sa mort, les anges et les vierges célestes chantèrent au-dessus de sa maison. Quarante ans plus tard, on trouva, comme par hasard, mais providentiellement, son corps intact avec un bouquet de fleurs fraîches, sous les dalles de l'église de sa paroisse. Elle est devenue un des grands thaumaturges et une des saintes les plus populaires de la France.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Sam 16 Juin - 20:18

Saint Jean-François
Nous fêtons JEAN-FRANCOIS, mais aussi  et Cyriane et Féréol. 
Jean est un dérivé du prénom hébraïque Johanan ; il a longtemps été le prénom le plus attribué dans de nombreux pays. Quant à François, c’est l'adaptation de l'italien Francesco, surnom donné aux voyageurs et commerçants français de passage en Italie. Traduit en français son succès est considérable. 



St Jean-François Régis, prêtre s.j. († 1640)

Saint Jean-François Régis
Prêtre de la Compagnie de Jésus 
« Apôtre du Velay et du Vivarais».

Fête liturgique : le 16 juin en France ; le 31 décembre (dies natalis) pour l’Église Universelle.

Jean-François Régis fut l'un des plus illustres missionnaires de la Compagnie de Jésus et l'émule de saint François Xavier ; toutefois son apostolat ne s'exerça pas hors de France.
Jean-François Régis naît à Fontcouverte, dans l’Aude, le 31 janvier 1597. Il grandit dans le cadre d’une famille foncièrement chrétienne.
Il entre au noviciat de la Compagnie de Jésus, à Toulouse, le 8 décembre 1616. Après ses premiers vœux en 1618, il poursuit la longue formation des Jésuites. Il fait ses études théologiques à Toulouse où il est ordonné prêtre en mai 1631.

En 1632, il est envoyé à Montpellier comme missionnaire. Il y prêche beaucoup et s’occupe des pauvres. En 1634, il est mis à la disposition de l’évêque de Viviers, Mgr de la Baume de Suze, pour l’aider dans la visite de la partie sud de son diocèse. C’est dans les rudes montagnes des Boutières qu’il montre particulièrement ses qualités de missionnaire. Il attire les populations par sa grande bonté et sa parole simple.

En 1636, il est nommé au Puy. A la belle saison, il travaille au Puy et pendant l’hiver il reprend ses missions dans les montagnes, car il sait alors qu’il peut trouver les gens chez eux.

En décembre 1640, le père Régis termine une mission à Montfaucon où sévit la peste. Il part en bénissant la ville et en annonçant la fin de l’épidémie. Il retourne secrètement au Puy où pendant trois jours, il fait retraite : « J’ai interrompu mes missions pour me préparer à mourir ».

Le 23 décembre 1640, il reprend la route par très mauvais temps. Il contracte une pleurésie. Au matin du 24 décembre, il se rend à la petite église de Lalouvesc et commence sa mission. Durant trois jours, il travaille sans relâche.

Le mercredi 26 décembre, après sa messe dite à deux heures de l’après-midi, il ne peut regagner son confessionnal tant la foule est dense. Alors, il s’assoit près de l’autel et se remet à confesser. Soudain, dans la soirée il chancelle et s’affaisse. On le transporte à la Cure. Pendant cinq jours encore, il lutte contre la maladie.

Le 31 décembre 1640, peu avant minuit, il dit au Frère Bideau qu’il « se trouvait au plus mal ». Et tout de suite après « Ah ! mon Frère, je vois Notre Seigneur et Notre Dame qui m’ouvrent le Paradis ». Puis il commença de dire la parole du Christ expirant « Seigneur, je remets mon âme entre tes mains ». Ayant fini, il finit aussi sa vie. Il était âgé de 43 ans et 11 mois.

La dévotion populaire pour le père Régis commença le jour même de sa mort ; il fut l'un des plus illustres missionnaires de la Compagnie de Jésus et l'émule de saint François Xavier même si son apostolat ne s'exerça pas hors de France.

Jean-François Régis a été béatifié en 1716, par Clément XI (Giovanni Francesco Albani, 1700-1721), et canonisé en 1737, par Clément XII (Lorenzo Corsini, 1730-1740).

Saint Jean-François Régis est patron des Jésuites de la province de France. En raison de son action au Puy, il est aussi patron des dentellières.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Dim 17 Juin - 13:10

Saint Hervé
Nous fêtons HERVE, mais aussi Rainier et Emilie. Typiquement breton pendant des siècles, Hervé résume des qualités, la combativité et la vivacité. C’est sous sa forme anglo-saxonne Harvey, qu’il apparaît au 14è siècle en Angleterre. Il s'élance ensuite à la conquête du territoire français, au 19è siècle et enregistre ses premiers succès dans les années 1930, puis dans les années 1960. 

 
St Hervé, ermite en Bretagne († VIe s.)

Saint Hervé
Ermite en Bretagne († VIe s.)

Hyvarnion, barde renommé de l'île de Bretagne, est convié à la cour de Childebert, mais, pieux et chaste, la vie de cour ne lui convient pas. Résolu à se consacrer totalement à Dieu, il retourne chez lui en passant par l'Armorique. Là, il rêve d'un futur mariage. Décidé de se consacrer à Dieu il ne sait que penser quand un ange vient lui dire : « Elle s'appelle Rivanone ; tu la rencontreras demain et tu la prendras comme épouse ; de votre union naîtra un grand serviteur de Dieu. » Il la rencontre et l’épouse.

Ni l'un ni l'autre ne voulant d’une vie commune, le lendemain des noces Rivanone dit à Hyvarnion : « Si j'ai un fils je demande au Dieu tout puissant qu'il ne voie jamais la fausse et trompeuse lumière de ce monde », et avant de la quitter pour toujours, il lui répond : « Oui ! Mais qu'il ait au moins la vision des splendeurs célestes. » L'enfant naît aveugle. Quand Hervé atteint l'âge de sept ans, alors qu’il connaît par cœur tous les psaumes et les sept hymnes de l’Église les plus employées de son temps, Rivanone le confie à un saint moine. Hervé ne retrouve sa mère que des années plus tard et c'est pour l'assister dans ses derniers instants. S'il est aveugle, comme le désirait Rivanone, Hervé est aussi barde comme Hyvarnion qui avait demandé que son fils ne cesse d'avoir la vision des splendeurs célestes. C'est ainsi qu'il compose le magnifique cantique du Paradis.

Son éducation terminée, Hervé part vivre en ermite mais il est vite rejoint par des disciples. Guidé par son disciple Guiharan et escorté d’un loup qu’il avait apprivoisé, Hervé, chantant la beauté du Paradis, conduit sa communauté qui, sillonnant la Bretagne, suit le soleil, pour finir par s’installer à Plouider qui deviendra Lanhouarneau (l’ermitage d’Hervé).
Toute sa vie, il refuse obstinément de recevoir le sacerdoce, acceptant seulement d’être ordonné exorciste. Bien qu’il fût aveugle, Hervé avait été lui-même l'architecte de sa petite église qu’il ne voulut jamais quitter. Il s’y trouvait enfermé, trois jours avant sa mort, lorsque ses yeux s'ouvrirent tout à coup, et il se mit à chanter un dernier cantique : « Je vois le Ciel ouvert, le Ciel ma patrie. Je veux m'y envoler. Je vois mon père et ma mère dans la gloire et la beauté ; je vois mes frères, les hommes de mon pays. Des chœurs d'Anges, portés sur leurs ailes, volent autour de leurs têtes, comme autant d'abeilles dans un champ de fleurs. »

Le troisième jour après cette vision, il appela sa nièce Christine qui se trouvait alors auprès de lui ; c'était une orpheline élevée par sa mère : « Prépare-moi une pierre pour oreiller et de la cendre pour couchette ; quand l'ange noir viendra me chercher, qu'il me trouve couché sur la cendre. »
Christine, tout en lui obéissant, lui dit : « Mon oncle, si vous m'aimez, demandez à Dieu que je vous suive sans tarder, comme la barque suit le courant. » Elle fut exaucée : au moment où Hervé expirait, la petite Christine, se jetant à ses pieds, y mourut aussi. Lorsqu'il meurt entouré de ses nombreux moines, tous peuvent entendre les chœurs célestes entonner un hymne que leur saint père chantait depuis toujours.
Inhumé à Lanhouarneau (Finistère), son tombeau est vénéré par de grands concours de peuples. Ses reliques, par crainte des Normands, sont recueillies dans la chapelle du château de Brest (878) ; mises dans une châsse d’argent, elles sont données par le duc Geoffroy à l’évêque de Nantes (1002) ; elles disparaissent de la cathédrale de Nantes pendant la révolution française.

Source principale : missel.free.fr/Sanctoral/(« Rév. x gpm »).
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Colombine

avatar

Date d'inscription : 11/02/2018
Age : 52

MessageSujet: Re: Les saints de Juin   Hier à 7:20

De votre passage les filles

Saint Léonce
Nous fêtons LEONCE, mais aussi Grégoire et Osana. Léonce était déjà utilisé dans l'antiquité romaine au masculin comme au féminin. Originaire de Rome, il désigne en latin celui ou celle qui ressemble à un lion. Ce fauve représentait le pouvoir, la force, et le renouveau. Léonce est toujours mixte, il traverse les siècles avec discrétion.



St Léonce de Tripoli, soldat et martyr († v. 304)

Saint Léonce de Tripoli
Martyr
(Ier siècle)

Soldat phénicien engagé dans une des légions romaines basées à Tripoli (Liban), Léonce fut arrêté à cause de sa foi. Reniant les dieux romains et s'en moquant, il fut condamné à être décapité.

D'après la tradition, il aurait été martyrisé avec deux autres compagnons, Hypace et Théodule, non cités dans le nouveau Martyrologe Romain.
Revenir en haut Aller en bas
http://enchanteresse.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les saints de Juin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les saints de Juin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C’est officiel les Samsung Galaxy Tab 3 8.0 et 10.1 arrivent début juin
» [Festival] - Geek faeries - 5/7 juin 2015 à Selles sur Cher
» Le nouveau Nokia Lumia 635, disponible en juin chez Bouygues Telecom
» Loto Loulou 16 Juin 2010
» Participation amicale semaine du 20 au 26 juin 2010

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum Friendship and Graphics :: Éphéméride :: Saint du jour-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: